Parvis des Talents

Plate-forme des professionnels francophones à Zurich et en Suisse alémanique

FAQ

Avec un passeport français, vous pouvez entrer, vivre et travailler en Suisse.

 

S'il s’agit d’un contrat d’une durée inférieure à 3 mois :

  • Si vous êtes engagé par un employeur en Suisse pour trois mois au plus, ou si vous fournissez une prestation de services en Suisse durant 90 jours maximum par année civile, vous n’avez pas besoin de permis de séjour. Votre employeur doit en revanche annoncer l’activité lucrative via la procédure d’annonce électronique au plus tard le jour précédant le début de l’activité.

 

S'il s’agit d’un contrat d’une durée supérieure à 3 mois :

  • Vous devez demander une autorisation de séjour auprès de votre commune de domicile en Suisse avant l’entrée en fonction. Pour ce faire, veuillez présenter les documents suivants:
    • une carte d’identité ou un passeport valable
    • une déclaration d’engagement de l’employeur ou une attestation de travail (p.ex. un contrat de travail).

L’autorisation de séjour est valable sur tout le territoire suisse et donne le droit de changer de travail et d’employeur. Sa durée de validité dépend de la durée d’engagement

 

Si vous êtes indépendant, vous devez déclarer votre arrivée dans les 14 jours et demander une autorisation de séjour auprès de votre commune de domicile. Pour ce faire, veuillez présenter :

  • une carte d’identité ou un passeport valable
  • les documents prouvant que vous exercez ou allez exercer une activité lucrative indépendante permettant de subvenir à vos besoins et à ceux de votre famille (par exemple vos livres de comptes).

 

Source: https://www.ch.ch/fr/etrangers-en-suisse/travailler-en-suisse/#vous-etes-citoyen-de-lueaele

Le système éducatif suisse est perméable. Cela signifie, par exemple, que vous pouvez sous certaines conditions suivre une formation continue dans une haute école, même si vous n’avez pas de diplôme. Le mieux est de vous informer directement auprès de l’établissement concerné.

 

Voir la liste des possibilités avec les liens suivants :

 

Etrangers 

Si vous êtes étranger et que vous avez travaillé en Suisse, vous avez droit à une indemnité de chômage en Suisse, pourvu que vous disposiez d’une autorisation de séjour (permis B) ou d’établissement (permis C). Être inscrit à l'Office régional des placements (ORP) ou RAV (Regionalen Arbeitsvermittlungszentrum) en allemand donne des droits mais également des devoirs. Une compensation financière (indemnités journalières) est liée à votre situation et ne dépend pas du RAV mais d'une caisse d'assurance chômage.

Si votre permis de séjour est de courte durée, vous pouvez rester en Suisse jusqu’à six mois pour chercher un nouvel emploi. Vous aurez cependant besoin d’une autorisation spéciale de l’autorité des migrations de votre canton.

Frontaliers

Si vous êtes frontalier (permis G), vous touchez normalement l’indemnité de chômage dans votre pays de résidence. Vous pouvez toutefois bénéficier des services de l’office régional de placement (ORP) pour vous assister dans vos recherches d’emploi en Suisse en vous inscrivant auprès de l’ORP de la région de votre dernier lieu de travail en Suisse.

Sources :

En Suisse, le choix de la langue pour LinkedIn, le CV, et la candidature dépend principalement de la région où vous postulez, ainsi que de l'entreprise et de l'industrie ciblées. La Suisse est un pays multilingue avec quatre langues nationales (allemand, français, italien et romanche), mais l'allemand, le français et l'anglais sont les plus couramment utilisés dans le monde des affaires.

En Suisse alémanique, la langue principale est l'allemand - comme option secondaire, l'anglais peut être considéré, surtout dans les entreprises internationales ou les grandes villes).

Conseils généraux :

  • Rédigez votre CV et votre lettre de motivation en allemand. Si l'annonce est en anglais ou si l'entreprise est très internationale, une version en anglais peut également être appropriée.
  • LinkedIn permet de créer plusieurs versions de votre profil dans différentes langues. C'est utile si vous postulez principalement dans une région spécifique et que vous envisagez d'utiliser la langue locale pour certains éléments de votre profil (par exemple, la description des postes ou les résumés).
  • Soyez prêt à adapter vos documents en fonction des demandes spécifiques des employeurs.
  • Assurez-vous que votre maîtrise de la langue choisie est suffisante pour éviter les erreurs grammaticales ou les malentendus.

Oui, il est généralement recommandé de parler allemand lors d'un entretien en Suisse alémanique.

Voici quelques points à considérer :

  • L'allemand est la langue principale en Suisse alémanique, et la plupart des entreprises locales s'attendent à ce que les candidats parlent et comprennent l'allemand. Une compréhension et/ou une maîtrise du suisse allemand ne sont en revanche pas attendues.
  • Montrer que vous pouvez communiquer en allemand démontre votre volonté et votre capacité à vous intégrer dans l'environnement de travail local.
  • Si l'annonce d'emploi est en allemand, cela indique clairement que l'entretien se déroulera probablement dans cette langue.
  • Dans les entreprises multinationales ou très internationales, l'entretien pourrait se dérouler en anglais, surtout si c'est la langue principale de travail au sein de l'entreprise. Cependant, même dans ce cas, une certaine maîtrise de l'allemand peut être attendue ou considérée comme un atout.
  • Si vous n'êtes pas totalement à l'aise avec l'allemand, il est conseillé de préparer des réponses aux questions courantes en allemand et de pratiquer autant que possible avant l'entretien.

Parler allemand lors d'un entretien en Suisse alémanique est généralement attendu et apprécié. Préparez-vous bien et montrez votre volonté de vous adapter à l'environnement linguistique local, en suivant ces conseils :

  • Entraînez-vous à répondre aux questions d'entretien courantes en allemand. Vous pouvez le faire avec un partenaire de langue ou en utilisant des ressources en ligne.
  • Apprenez le vocabulaire spécifique à votre domaine professionnel en allemand.
  • Familiarisez-vous avec les normes de politesse et les formalités linguistiques en allemand, qui peuvent être plus formelles que dans d'autres langues.
  • Mémorisez quelques expressions clés et phrases d'introduction pour vous sentir plus à l'aise dès le début de l'entretien.

Certains membres du Parvis des Talents parlent allemand et peuvent vous aider lors de simulations d'entretiens.

La création d'une société en Suisse implique plusieurs étapes importantes, allant de la planification initiale à l'enregistrement officiel. Voici un guide détaillé des étapes à suivre :

  1. Choix de la forme juridique

Il existe plusieurs formes juridiques possibles pour une entreprise en Suisse. Les plus courantes sont :

  • Société à responsabilité limitée (SARL)
  • Société anonyme (SA)
  • Entreprise individuelle
  • Société en nom collectif
  • Société en commandite

2. Préparation et planification

Définissez clairement vos objectifs, votre marché cible, votre stratégie de financement et vos projections financières, et assurez-vous d'avoir les fonds nécessaires pour constituer le capital social minimum (CHF 20'000 pour une SARL et CHF 100'000 pour une SA)

3. Réservation du nom de l'entreprise

Assurez-vous que le nom de votre entreprise est unique et conforme aux réglementations suisses. Vous pouvez réserver le nom de votre entreprise auprès du registre du commerce

4. Établissement des statuts

Les statuts de l'entreprise doivent inclure des informations clés telles que la raison sociale, le siège social, l'objet social, le capital social et les modalités de gestion. Ils doivent être authentifiés par un notaire.

5. Ouverture d’un compte bancaire

Ouvrez un compte bancaire au nom de la société en formation et déposez-y le capital social requis. La banque délivre une attestation de dépôt du capital, nécessaire pour l'enregistrement.

6. Inscription au registre du commerce

Soumettez les statuts authentifiés, l'attestation de dépôt du capital et d'autres documents requis (comme les signatures des fondateurs) au registre du commerce du canton où se trouve le siège de l'entreprise.
Une fois enregistrée, l'entreprise sera publiée dans la Feuille officielle suisse du commerce (FOSC).

7. Inscription aux assurances sociales

Inscrivez-vous aux assurances sociales (AVS, AI, APG) pour couvrir les obligations sociales des employés. Si vous avez des employés, vous devez également souscrire à une assurance de prévoyance professionnelle (LPP) et à une assurance accident.

8. Inscription à la TVA

Si votre chiffre d'affaires annuel dépasse CHF 100,000, vous devez vous inscrire à la TVA auprès de l'Administration fédérale des contributions (AFC).

Oui, pour l'importation de produits français ou l'implantation d’un commerce français en Suisse, il est très utile de contacter la Chambre de Commerce et d'Industrie France Suisse (CCIFS). La CCIFS offre une variété de services pour soutenir les entreprises dans leurs projets de développement en Suisse.

Voici les types de support qu'elle peut apporter :

1. Information et conseils personnalisés

  • Études de marché : la CCIFS fournit des études de marché détaillées pour comprendre le secteur cible en Suisse, les tendances, la concurrence, et les opportunités.
  • Conseils réglementaires : elle informe sur les réglementations locales, y compris les normes d'importation, les exigences douanières, et les obligations légales.
  • Stratégie d'entrée : la CCIFS aide à élaborer une stratégie d'entrée sur le marché suisse, incluant des conseils sur le choix de la structure juridique la plus appropriée.

2. Accompagnement administratif et juridique

  • Création d’entreprise : la CCIFS assiste dans les démarches de création d'entreprise, en fournissant des conseils et une aide administrative pour l'enregistrement, la rédaction des statuts, et les obligations fiscales.
  • Formalités d'importation : elle aide à naviguer dans les formalités d'importation, y compris les aspects douaniers et la conformité aux normes suisses.

3. Mise en relation et networking

  • Réseau de contacts : la CCIFS dispose d'un vaste réseau de contacts en Suisse, y compris des partenaires commerciaux, des fournisseurs, des distributeurs et des clients potentiels.
  • Événements et rencontres : elle organise des événements, des conférences, et des sessions de networking pour faciliter les échanges entre entreprises françaises et suisses.

4. Services de domiciliation et de représentation

  • Domiciliation : la CCIFS offre des services de domiciliation pour les entreprises qui souhaitent avoir une adresse officielle en Suisse.
  • Représentation commerciale : elle peut également fournir des services de représentation commerciale pour gérer les relations avec les clients suisses, promouvoir les produits, et gérer les ventes.

5. Support en marketing et communication

  • Stratégie de communication : la CCIFS aide à développer des stratégies de communication adaptées au marché suisse, incluant des conseils en marketing digital, publicité, et relations publiques.
  • Promotion de produits : elle organise des actions de promotion pour les produits français, comme des expositions, des dégustations, et des campagnes de sensibilisation.

6. Formation et ressources humaines

  • Recrutement : la CCIFS peut assister dans le recrutement de personnel local, en fournissant des services de conseil en ressources humaines et en aidant à trouver des talents adaptés.
  • Formation : elle propose des programmes de formation pour familiariser les entrepreneurs et les employés avec les spécificités du marché suisse.

Pour obtenir des informations précises et complètes concernant les frais d'importation et les droits de douane en Suisse, vous pouvez vous adresser à plusieurs organismes et institutions qui peuvent vous fournir les conseils nécessaires :

1. Administration fédérale des douanes (AFD)

L'Administration fédérale des douanes est l'autorité principale en matière de douanes en Suisse. Voici comment elle peut vous aider :

  • Informations officielles : fournit des renseignements détaillés sur les droits de douane, les taxes à l'importation, et les procédures douanières.
  • Tarifs douaniers : accès à la base de données TARES, qui contient les taux des droits de douane applicables à différents produits.
  • Documentation et formulaires : fournit les documents nécessaires pour les procédures d'importation.

Contact :

2. Chambre de Commerce et d'Industrie France Suisse (CCIFS)

La CCIFS peut également fournir des conseils et une assistance en matière de douanes pour les entreprises françaises qui souhaitent importer en Suisse :

  • Conseils personnalisés : assistance dans la compréhension des réglementations douanières suisses et des frais associés.
  • Services de dédouanement : possibilité de services de dédouanement pour simplifier le processus d'importation.

Contact :

  • Site web : CCIFS
  • Services de conseil : Prendre rendez-vous pour des conseils personnalisés.

3. Transitaires et sociétés de logistique

Les transitaires et les sociétés de logistique jouent un rôle crucial dans le processus d'importation. Ils peuvent vous aider avec :

  • Gestion des formalités douanières : traitement des documents douaniers et des déclarations nécessaires.
  • Estimation des coûts : calcul des frais d'importation, y compris les droits de douane et autres taxes.
  • Conseils logistiques : optimisation des solutions de transport pour minimiser les coûts et les délais.

Quelques transitaires populaires :

  • DHL Global Forwarding
  • Kuehne + Nagel
  • Panalpina

4. Consultants en commerce international

Les consultants spécialisés en commerce international peuvent également offrir une assistance précieuse :

  • Analyse des coûts : évaluation des coûts d'importation et des droits de douane spécifiques à votre produit.
  • Stratégies de conformité : conseils pour assurer la conformité avec les réglementations douanières suisses.

5. Portail en ligne et outils de calcul

  • TARES : le système en ligne TARES de l'Administration fédérale des douanes vous permet de rechercher les tarifs douaniers par code tarifaire.
  • Outils de calcul en ligne : certains sites web offrent des outils de calcul des droits de douane pour estimer les coûts d'importation.

Accès à TARES :